Texte écrit pour un pechakucha initié par François Bon, et lu le 9 novembre 2010 à la bibliothèque de Bagnolet.